Le réalisme est l'arme absolue anti-rampante
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Introspection

Aller en bas 
AuteurMessage
omega-17
Administrateur véreux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 790
Age : 33
Localisation : MONS UNITED
Emploi : Méchant
Loisirs : Créer des forums néo-réalistes et autres divertissements du même genre

MessageSujet: Introspection   Sam 30 Déc - 21:49

Ma tête me fait souffrir. Le bousculement des évènements semble ne pas devoir trouver de conclusion. Le cri humain est infâme.
J’ai réduit mon interaction vis-à-vis de mes semblables à un semblant de compréhension. Encore une fois, j’ai choisi de donner le change.
Que pourrais-je faire d’autre de toute manière…
Oui, mais pourtant j’ai tenté sporadiquement de concevoir les ambitions humaines afin de me rendre compte de leur intérêt majeur puisque qu’il était apparemment si flagrant. J’ai rencontré l’échec à nouveau.
Beaucoup de choses m’échappent, décidément. C’est mon impression.
Alors, j‘applaudis intérieurement aux démarches qui me sont étrangères, aux théories curieuses. Je ne souhaite pas m’intégrer à tout cela car ma santé mentale ne pourrait y survivre mais opposer ma stupéfaction prostrée aux aberrations que je ne peux qu’observer rend ma vie plus pénible encore. L’hésitation a fait de ma posture un concept fluctuant, désintégré. J’offre mon flanc aux affirmations démoralisantes pour limiter leur effet de pénétration à l’intérieur de mon être fatigué.
Bien sûr, c’est une stratégie peu novatrice. Elle a tout de même rencontré une certaine efficacité jusqu’à présent, une efficacité qui grandit à chaque fois que mon apathie s’amplifie pour offrir un détachement toujours plus inquiétant.
Hier, j’ai rêvé à une suite de mots. Je voulais faire l’amour à la jeune personne qui en était l’auteur. C’était touchant. Elle n’a pas été touchée. En fait, j’aurais pu le faire et le dire.
Mais je crois que c’est arrivé. En fait, je ne sais plus.
Je prends des médicaments bizarres. Repousser la faute sur de petits objets blancs me paraît être une attitude ridicule. Tout cela est vraiment abstrait.
Ce n’est pas bien grave.
Les gens sont drôles parfois.
Pourtant j’éprouve des difficultés à cerner le sens profond de leur humour. C’est vrai, non ? Comme si, à un moment donné, le vide béant se creusait entre l’existence et la perte.
La perte… du temps, du sens, des gens, la perte totale je veux dire.
Moi, je suis terrifié par ce genre d’évènements. La peur domine le monde : j‘ai lu ça quelque part. Et c’est affreusement pertinent. J’aurais aimé l’écrire, je pense. En même temps, c’est banal. Et formidable, le génie contenu dans cette phrase.
Je me demandais souvent si on pouvait passer plusieurs décennies à lire la grandeur des mots sans jamais parvenir à mettre noir sur blanc une seule idée potable littérairement. Maintenant, je ne me pose plus la question.
Non, je n’ai pas de réponse. Mais ça ne m’empêche pas d’oublier la question. Heureusement. Vous vous rendez compte des conséquences si jamais ce n’était pas le cas ? C’est affolant.
Boire pour oublier. J’appelle ce genre de maximes des phrases creuses. Je n’ai rien inventé, je pratique des philosophies externes à ma conception et finalement je les ingère. Une sorte de vampirisme conceptuel, avec un esprit patchwork qui me crispe un peu au passage, c’est fâcheux. Mais à part de temps en temps mes clés, je n’ai rien oublié. Je vois les psychotropes comme une diversion quasiment militaire. Je vois la tactique et le positionnement partout et malgré cette perception omniprésente, je perds souvent aux échecs en ligne. Les déplacements sont trop limités, ça tourne en cercle fermé. Dans mon repli, même si ce n’est pas évident, je cherche une ouverture.
Parce que sur Internet, la distance induit une marge de manœuvre illimitée. On peut penser que ça relève de la lâcheté, enfin…
Pas vraiment, c’est un espace-temps un peu cocasse, c’est cet aspect-là qui m’excite, je crois. Les déplacements ne sont pas réduits, l’exubérance peut se déployer, c’est intéressant comme invention.
Fondamentalement, c’est patent.
Mais l’individualisme forcené n’a nullement besoin de ça, son développement n’a pas de rival. Il ne craint ni ne se préoccupe du progrès technologique, qu’en ferait-il ? Puisqu’il est le fil conducteur actuel. Il ne reste plus grand-chose de communautaire, à part de fourbes chinois réversibles à la vue du dollar et un barbu agonisant à La Havane. Et l’esprit, alors l’esprit ? Celui-là, à part s’incarner dans un séparatisme tendant vers la raréfaction et la discrétion, son avenir n’est pas bien large.
Non, je ne crois pas. Si j’étais prêcheur d’apocalypse fallacieuse, je ferais dans la haute couture mais sûrement pas dans l’écriture sédentarisée. J’aime bien rire aussi. Mais ça ne se voit pas trop. C’est un constat qui rejoint mon état d’incompréhension dans le domaine de ma relation à l’autre. J’essaye de rester cohérent, de trouver les parades perforantes, je n’ai pas le choix. Personne n’a le luxe du choix : soyons réalistes. L’inconscience peut mener à une forme de libération, il me semble, j’en ai la démonstration par l’intermédiaire des expressions humaines de façon quotidienne mais je manque d’envie : je crois que c’est un de mes problèmes.
Je discerne un désintérêt exponentiel qui croît en moi, envers les réactions, les sentiments, les postures, la généralisation des comportements. J’arrive à lier les êtres vivants par rapport à leur dénominateur commun dans une appréciation qui peut paraître suspecte mais le non-sens crée une toile de fond sur laquelle je dresse mon tableau.
Ca me fascine.
Après avoir occulté les notions de vrai et de faux, de bien et de mal, je compte bien cibler mon travail d’interprétation en direction du sens et de son contraire. Un véritable objectif qui hante ma perception en ce moment.
Je crée mon positionnement en quelque sorte et ça ne m’indispose pas étant donné que je dois en prendre un en considération, de toute façon.


« Bien.
Je pense qu’il y a beaucoup de choses à développer.
On se revoit la semaine prochaine à la même heure.
Ca vous convient ? »

_________________
"Soyez abjects, vous serez vrais"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anti-rampants.grafbb.com
 
Introspection
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Auto introspection ...
» Un petit exercice d'introspection .. qui peut être drôle!
» Adolphe de Benjamin Constant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecriture et positionnement néo-réaliste :: Forums anti-compassionnels :: Textes subversifs-
Sauter vers: