Le réalisme est l'arme absolue anti-rampante
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire de faussaire

Aller en bas 
AuteurMessage
parasite
Petit têteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 32
Localisation : The cap of agde
Emploi : parasite
Loisirs : relations humaines de proximité

MessageSujet: Histoire de faussaire   Sam 27 Jan - 19:49

L'autre jour je m'étais sapé pour aller à la banque, un de ces lieux où il convient de bien se tenir. Faut surtout pas se faire mal voir dans ce genre d'endroit, et donner à penser qu'on pourrait être un va-nu-pieds ou un branleur.
J'ai dû attendre mon tour pour une affaire sans intérêt ici, genre convocation pour remontrances. En effet je suis un mauvais client pour ces housses à balai, moi.
Bref, j'attendais mon tour et observais un peu l'ambiance.

Et là j'ai eu un flash de lucidité, comme si soudain j'atteignai un niveau supérieur d'acuité et d'observation objective, détaché des us et coutumes bienséants et des réflexes pavloviens dictant notre comportement normal en société.
J'ai réalisé brusquement combien était artificielle la conduite des gens présents dans ce local au confort illusoire, à la moquette rêche d'apparat, au murs en plastique, et à fortiori le comportement de tout le monde. J'étais dans une vitrine. Comme dans la chanson de Brassens, "Histoire de faussaire", où tout est inauthentique... où tout repose sur les apparences.

Ces gens qui font semblant de ne pas penser qu'à leur gueule, au sexe et au fric. Ces gens qui font comme s'ils ne dégageaient pas, eux aussi, des odeurs parfois atroces du fin-fond de leurs chiottes, avec leur têtes sans sourire, leurs cheveux bien coiffés et leur senteurs écoeurantes de Fabergé.
Je me suis senti écoeuré par cette antinomie avec la nature, par cet éloignement extraluminique avec les mammifères que nous sommes à la base.
Moi je suis peut-être moche, mais je souris tout le temps. Quelque part, ça rattrape.

Une grosse femme molle aux chaussures pointues, vague mélange entre des baskets et des santiags, bref parfaitement ridicule des pieds (le reste je préfère pas en parler par décence), était en train de faire son petit scandale de conne capricieuse et procédurière sur ses putains de frais débiteurs de cinq euros qu'on lui avait prélevé. Elle transpirait comme un bloc de lard soumis au grill.
Faut dire qu'on crevait de chaud dans ce caisson phénix de série Z, le chauffage était à fond, vu le froid mordant de l'hiver dehors, où là au moins, la nature imposait encore quelques droits.
Quand les gens entraient, ils apportaient une bouffée glaciale, mais presque agréable tant le thermostat devait être monté. Mais comme tout le monde était habillé pour l'extérieur où on se les gelait, forcément, à moins de se désaper, on suait, et suer ça pue.
Là c'était le matin, donc plutôt odeurs de Fabergé et cosmétiques, mais j'ose pas imaginer en fin d'après-midi, quand tous les clients ont transpiré un litre chacun.

Bref, où j'en étais? Ouais, l'attente, la conne, la chaleur, et surtout ma grande prise de conscience: on vit dans un monde artificiel, les gars! On voit que les façades, alors on ne s'occupe plus que d'elles. On fait semblant de se réjouir aux fêtes qui sont marquées sur le calendrier, ce putain de planning relayé par la télé et la pub! On fait mine d'être triste lorsqu'un vieux croulant facho de presque cent ans passe l'arme à gauche, tout ça parce qu'il a sauvé plein de déchets humains, on parle d'obsèques nationales et on nous matraque de sa vie et de ses mensurations, c'est bon là! Un jour ok, mais on va pas nous le rabacher pendant des semaines comme pour le pape lorsqu'il a cassé sa pipe. Moi je le connaissais pas. C'est pas que je m'en fous, mais bon voilà, il fallait bien qu'il y passe. Mon grand-père, on était deux à son enterrement et pourtant c'était un des meilleurs hommes de la planète. Il a sauvé plein de gens aussi. Qui l'a su?
Bref, on fait semblant. Poivre d'Arvor, quand il a fini son matraquage politiquement correct, inévitable et obligatoire, il rentre du boulot chez lui et il doit bien apprécier de penser à autre chose (et encore lui aussi c'est un qui fait semblant de pas puer aux chiottes). Tu vas pas me dire qu'il va encore pleurer sur le pape ou l'abbé pierre!

On se la joue.
On joue un rôle, et à tel point qu'il déteint sur ce qu'on est vraiment.
Soyons authentiques! Osons être ce que nous sommes vraiment!
On se perd! Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
omega-17
Administrateur véreux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 790
Age : 33
Localisation : MONS UNITED
Emploi : Méchant
Loisirs : Créer des forums néo-réalistes et autres divertissements du même genre

MessageSujet: Re: Histoire de faussaire   Sam 27 Jan - 20:16

Niveau syntaxe et vocabulaire, les progrès sont flagrants.
Le style prend une toute autre dimension.

Niveau fond, c'est pas mal même si le discours est trop connu sous cette forme-là en tout cas.
Le constat que tu fais est relayé par de nombreuses personnes dont la lucidité leur permet de voir clair dans cette grande mascarade de l'existence.

Je ne peux que t'encourager à continuer dans cette voie.
Cherche les failles, dénonce et condamne sans relâche.
Plus profond à chaque fois.
Là où la convention ne s'en remettra pas.

Et comme je te le disais tout à l'heure : suis ton fil conducteur, quel qu'il soit.
Car la force vient de la continuité monolithique.
Du néo-réalisme.
A outrance.

Tu es sur la bonne voie pour devenir un auteur de plus en plus intéressant.

_________________
"Soyez abjects, vous serez vrais"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anti-rampants.grafbb.com
 
Histoire de faussaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» Histoire de Korrigans/Conte breton
» Annie Pietri, l'Histoire pour la jeunesse...
» [En ligne!] Histoire du roman feuilleton
» Histoire du Musée Chasseurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecriture et positionnement néo-réaliste :: Forums anti-compassionnels :: Textes subversifs-
Sauter vers: