Le réalisme est l'arme absolue anti-rampante
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce que veulent les gens...

Aller en bas 
AuteurMessage
omega-17
Administrateur véreux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 790
Age : 33
Localisation : MONS UNITED
Emploi : Méchant
Loisirs : Créer des forums néo-réalistes et autres divertissements du même genre

MessageSujet: Ce que veulent les gens...   Lun 19 Fév - 20:59

... c'est manger des cheeseburgers devant la télé


Morgan Freeman, dans Seven.

Je ne jette pas la pierre sur ces personnes-là, pas complètement en tout cas.
Parce que je n'ai pas assez de parpaings ou de morceaux de falaises sous la catapulte pour effectuer une lapidation moyenâgeuse en règle.
Parce que quand il n'y a absolument rien de valable et de crédible en lequel croire, comment voulez-vous?

Loin de moi tout humanisme, près de moi toute lucidité.

Dommage pour les héros, ils n'intéressent plus personne.
On repassera plus tard pour les actes glorieux de chevalerie antique.
Et il vaut mieux ne pas se fixer de date ultérieure, on nous poserait sûrement un beau lièvre de garenne à l'oeil terne.
Mais nous y reviendrons quand le thème sera plus douloureux et donc plus constructif.

Eh oui, 'nous' parce que j'en suis.
J'ai toujours pensé que la prétention était acceptable quand on mangeait des tranches de gouda jaune dans des chambres d'hôtel bruxelloises. Enfin, je le pense surtout maintenant et il faut bien considérer cela comme une circonstance atténuante, vous en conviendrez.
Ce qui n'aura aucun impact notable sur ma peine perpétuelle.
Un peu comme ces gens désastreux qui arrivent ?obtenir des peines de 459 ans de prison au cours du même procés et ça n'arrive pas qu'au Texas.
Vous me direz que c'est le système judiciaire et leurs instigateurs qui relèveraient plutôt du désastre et non les individus qui graissent les rampes boisées du banc des accusés.
Pas faux.
Mais dans leur situation, dans un premier temps en tout cas, on se sent quand même plus néantisant que d'habitude, c'est certain.

" Pas besoin de bouffer de la merde pour savoir que ça a mauvais goût "
D'un autre côté, on a tous plus ou moins vu ça de près et c'est pour ça que l'on se sent parfois l'audace de le dire, n'ayez pas peur de le concéder : tout va bien, vous êtes en compagnie du prêtre local, mon encensoir et mes psalmodies montent jusqu'aux cloches de vos poils anaux.

Dans le même ordre d'idées, je peux vous descendre en flammes des auteurs dont je n'ai lu que quelques pages : Zelleriens, Zelleriennes, Weyergansiens, Weyergansiennes, attrapez donc la perche que je vous tends gracieusement.
Et sucez-la goulûment, c'est la maison qui offre.
On précisera que certains des leurs sont à même de provoquer l'hostilité de façon naturelle, Florian ne s'étonnera donc pas, un jour de brouillard curieux, quand une batte en aluminium s'écrasera sur ses canines pour lui raboter sa face de déplumé au détour d'une ruelle alors qu'il était un peu trop tard pour traîner dans le coin.
De la sortie de boîte au taxi, il y a toujours des distances exploitables.

Je connais des gens très respectables sans l'ombre de la moindre culture mais qui sont aptes à créer ce genre de mouvement latéral avec conviction et simplicité.
Je me contenterai de lire ça dans la colonne des faits divers, mon demi à la main et la clope au bec, en tendant deux ou trois billets au Hans ou au troll quelconque en question.

S'il arrive un jour quelque chose à ce pauvre garçon, je serais plié en dix-sept sur la moquette si on venait à me poser des questions sur mon emploi du temps mais comme toute chose heureuse et phantasmatique, cela a très peu de chances de se produire.
Je veux dire par là que je n'aurais aucun mal à trouver en cela une remarquable source de reportage suite à ce débarquement policier hypothétique mais qu'en revanche, je souhaite vivement, au point d'en appeler de mes voeux, que Zeller se fasse déboîter l'encéphale spongieux par un néo-réaliste local dès que l'opportunité se présentera et ce, au nom de l'intolérance glorieuse.
Lecter pour Dragon rouge, si vous êtes Hopkinsement cinéphile.
Frais ou à jeun, je n'ai pas de critère spécifique en la matière.
Vous vous en doutez bien.

C'est vrai, je suis un amant qui verse dans le n'importe quoi mais je suis plus conceptuel qu'une tranche de jambon de Parme et je ne passe plus aucune journée chez ma mère depuis que j'aie compris sa haute teneur en inaptitude à saisir mon positionnement.

WZZ en partant du bas.

Et sachez bien que cela n'a aucun rapport avec un panda dépressif caressant un globe terrestre.

Donnez-moi le Goncourt, espèces de Gérards du CSA littéraire, que je me branle juste un ou deux soirs dessus et que je le chronoposte à Michel qui l'enverra valser dans la Baltique en le dropant par-dessus le royaume peu uni dans une trajectoire souple.
Quand je pense qu'un type estimable de ce genre vit dans un pays où l'on ne peut pas s'enfiler ses clopes autour d'une dizaine de verres conviviaux alors qu'on y conserve légitimement une large partie de ses droits d'auteur pour ne pas dire la totalité, ça me donne des déglutitions de gratin de poireaux glaireux, un peu comme le fait de boire des bières tièdes quand vous êtes déjà bourré et que vous avez l'impression que vous allez sous peu faire l'inventaire public de votre bol alimentaire sur la table en faux chêne du pub devant la bombe sexuelle qui redeviendra relativement laide le lendemain matin.
Vous savez, quand le crâne ne se rétracte plus dans des spasmes intolérables et que le discernement si brutalement néo-réaliste pour le coup devient si net et impitoyable envers votre chevalerie affligeante de la veille ? ( je vous avais bien dit qu'on y reviendrait )

" Distinction métaphorique, quand tu nous tiens... "

Bien rampant, ça aussi, n'est-ce pas ?
Les " Mes couilles machin, quand tu nous tiens ", genre je suis anti-conventionnel, je choque les gens. Regardez comme je me fous de la norme et comme je suis resplendissant dans mes rebellions d'épicier bruxellois.

Tout faux.
J'ai rien à vous vendre en plus.
Vous avez une trop sale gueule d'acheteur suspicieux, je fais uniquement du fric sur les âmes influençables, ma fascination pour le facile et l'évident me perdra.
Pour l'instant, je gagne.
Et comme disait ce vieux taré fan des salopettes en jean et des nez rouges : " Tant que je gagne, je joue "
Je les paye comment mes hôtels belges, à votre avis ?
Les sorties à 400 000 en septembre, c'est pas moi, j'ai pas pris de nom d'auteur chez Fayard.
Mes îles ont des possibilités limitées.

Certes, j'estime sans effet de style détenir cette fameuse distinction métaphorique susnommée par ce biais-là et bien plus que d'une autre manière.
Et je crois vraiment que l'élégance en découle.
Celle en laquelle je crois, tout du moins.
Car en faire preuve, c'est être vrai dans l'extrapolation soutenue par la vulgarité moyennement maîtrisée, à l'instar des comparaisons animales qui prennent bien plus efficacement de nos jours le rôle des anathèmes développés, comme me l'a soufflé une connaissance portée sur le sujet.

D'un autre côté, remettez tout cela dans le contexte avec pour vision de contes de la crypte un être au regard de taupe vicieuse qui sirote sa Gordon à 4h03 dans une chambre sordide de la place Stalingrad sur du Cranberries remasterisé Dolby Digital et avec pour seul angle de vue un lit bien fait et bien propre ( pour une fois ) tristement détenteur de motifs à fleurs verdâtres.

Tout de suite, ça remet les choses à leur place, non ?

Moi, je trouve.

Et si vous ne le pensez pas, je vous emmerde Jupilèrement.

_________________
"Soyez abjects, vous serez vrais"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anti-rampants.grafbb.com
 
Ce que veulent les gens...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» listes des periodes que les gens veulent jouer
» Pourquoi s'attacher aux gens...
» [Labro, Philippe] Les gens
» Chers gens et gentes, je me présente
» Défi 2 : n° 4 - Je hais les gens qui ont de l'esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecriture et positionnement néo-réaliste :: Forums anti-compassionnels :: Textes subversifs-
Sauter vers: